Petit historique sur le site de la chapelle Notre-Dame du Revest

  

 

La belle chapelle Notre Dame du Revest est classée monument historique (MH) depuis 1926 et le site qui l’entoure avec ses chênes centenaires l’est depuis 1934.

Le Revest occupe la plaine de Vances qui est habitée aux temps les plus anciens puisque les archéologues ont trouvé des ossements, des silex et autres objets datant de la Préhistoire.

Au Ier siècle avant JC une villa gallo-romaine est édifiée à l’emplacement actuel de la chapelle et sur les terres qui l’entourent. Le site est alors divisé en deux parties : l’espace agricole (qui exploitait des vignes) et l’habitation, ce qui est l’organisation typique des villas antiques.

La villa est occupée jusqu’au Ve, VIe siècle. Nombreux vestiges ont été révélés par les fouilles archéologiques : tessons de jarre, fragments de marbre, d’enduits peints, cuves et  pressoirs…et notamment deux plaques commémoratives votives trouvées sur le site de la chapelle (Ier siècle après JC) et deux tables d’autel (Ve et VIe siècle).

 Au VIe siècle, un monastère cassianite (de l’ordre de St Cassien) est construit à l’emplacement de l’ancienne villa gallo-romaine.

Ce monastère est dévasté par les infidèles, vraisemblablement les Sarrasins, au VIIIe siècle. Dès lors, nous dit Pierre chaix, les colons s’établissent sur les hauteurs à l’abri d’un château fort et ce serait là l’origine du castrum, du village d’Esparron.

Une fois la Provence libérée de l’invasion sarrasine, Geoffroi de Rians, fils de Pons le jeune et neveu de Guillaume comte de Provence (un des libérateurs), reçu la terre du Revest, comme nombreux seigneurs ou descendants reçurent à l’époque des terres et des titres (à l’exemple des vicomtes de Marseille) en récompense de leurs participation aux combats.

Toutefois, ayant à cœur de conserver la vocation religieuse du lieu, Geoffroi de Rians céda en 1025 la terre du Revest à l’abbaye St Victor de Marseille qui avait alors nombreuses possessions dans la région. Ce don, nous précise la charte de St Victor, est fait en vue de rebâtir le monastère. C’est ainsi que le monastère au début du XI e siècle est reconstruit.

La chapelle est édifiée au XIIeme siècle, c’est un bel édifice roman provençal.

Elle est dotée d’une nef unique à 4 travées, voûtée en berceau

La séparation (le cancel) en bois divisait les religieux (le chœur) des fidèles. La porte que l’on aperçoit  faisait communiquer le chœur  avec le monastère.

 

Dimensions de la chapelle :

26 m
de long

5.5 m large

7.75 m haut.

 

  
La chapelle, vue intérieure, source : CCPAV

 

 

Pour terminer cet aperçu historique j’emprunterai une anecdote à Pierre Chaix : 

Il y avait dans cette chapelle une statue de la vierge Marie allaitant l’enfant Jésus datant du bas moyen Age. Une paroisse voisine (Rians dit-on) jalousait cette statue réputée miraculeuse.

Une nuit des voleurs entrent par ruse dans la chapelle et s’emparent de la statue. Lorsqu’ils s’en vont la cloche se met à sonner à toute volée, tout le monde accourt, les voleurs sont arrêtés et la statue est ramenée triomphalement dans la chapelle.

 Hélas, cette statue n’est plus parmi nous aujourd’hui puisqu’elle a été volée tout comme la porte de la chapelle il y a quelques années.

 

En 1177 la charte de St Victor nous indique un transfert de population au Revest afin de bâtir des maisons près de Notre Dame.

Peu à peu les guerres, les maladies notamment la grande peste de 1348, atteignent cruellement la région. Le Revest disparaît et au début du XVème siècle, il est inhabité. 

En 1539 le chapitre collégial de Grignan prend possession des prieurés, les propriétés du monastère étant alors en ruine.

En 1673 Jean-Baptiste d’Arcussia, seigneur d’Esparron, acheta aux chanoines les terres du Revest (environ 20 ha), ainsi les d’Arcussia, dont est issu le célèbre fauconnier Charles d’Arcussia, unissent les seigneuries d’Esparron et du Revest.

Les terres seront ensuite transmises à d’autres grandes familles seigneuriales. 

A la Révolution les chapitres sont supprimés et au XIXème siècle le Revest devient propriété de la paroisse. En 1856 le cimetière communal est installé sur les ruines de l’ancien monastère. 

Il y’avait un culte social et religieux important des Esparronnais à Notre Dame du Revest. Nombreuses processions s’y rendaient à travers champs.

                                                                                   

Anne CHIMENE 

Texte réalisé à l’occasion du récital de piano en la chapelle du Revest des 13, 14 et 15 août 2010, à la demande de l’association AVEC.

Sources :

« Esparron de Pallières et N.D. du Revest », Pierre Chaix, 1933

« Laissez-vous conter la communauté de communes Provence d’Argens en Verdon », CCPAV et PAH

Documentation Pays d’Art et d’histoire de la Provence verte

Laissez-vous conter Esparron de Pallières, PAH – CCPAV

Textes de la DRAC sur le site et la chapelle du Revest

Sources CCPAV et mairie d’Esparron